• TJ_01
  • TJ_02
  • TJ_03
  • TJ_04
  • TJ_05
  • TJ_06
  • TJ_07
  • TJ_08
  • TJ_09
  • TJ_10
  • TJ_11
  • TJ_12
  • TJ_13
  • TJ_14
  • TJ_15
  • TJ_16
  • TJ_17
  • TJ_18
  • TJ_19
  • TJ_20
  • TJ_21
  • TJ_22
  • TJ_23
  • TJ_24
  • TJ_25
  • TJ_26
  • TJ_27
  • TJ_28
  • TJ_29
  • jquery content slider
  • TJ_31
angular carousel by WOWSlider.com v7.7
compteur visiteur


QUI SOMMES NOUS

DIAPORAMAS

L'Auberge du Cheminot Biterrois

Photos Villefranche-Olette 2015

Photos du Train Jaune Juin 2015

Mon reseau de train HO

Déchargement à Villefranche

Les photos des locomotives HO

Photos du Train Jaune été 2015

Photos Train Jaune Hiver 2015-2016

COMITE D'USAGERS

 

RENSEIGNEMENTS

 

MES ACTIONS

CHEMINOTS EN AVANT...POUR LA VICTOIRE

 

Le Centre d’archives de la SNCF à Béziers

Ce centre assure la conservation et la communication au public des dossiers des cheminots n’ayant plus d’utilité administrative pour les services des Ressources humaines de l’entreprise2. Le centre a ouvert ses portes au public en 1998. Il conserve aujourd’hui environ 5 kml de dossiers de carrière et/ou de dossiers de pension, et/ou de fiches carrière. Bien sûr tous les dossiers ne sont pas encore à Béziers, mais un des objectifs de la politique d’archivage de l’entreprise a bel et bien été de favoriser les transferts des dossiers d’agents sur Béziers.

 

4Avant de se rendre à Béziers, il est préférable d’avoir dressé au préalable une liste de noms et de demander au personnel du Centre de Béziers d’effectuer des recherches à partir de ces noms. En effet, les dossiers de carrière sont fréquemment classés par année de départ de l’agent, puis seulement ensuite par ordre alphabétique. Il faut évidemment songer à la nécessité de formuler une demande de dérogation.

 

5Un dossier de carrière se compose de cinq parties. Deux parties de ce dossier sont plus particulièrement utiles pour l’étude de la Résistance : le sous-dossier relatif aux nominations, mutations, changements de résidence, notations ; le sous-dossier des sanctions et récompenses de l’agent. Bien sûr les dossiers sont plus ou moins complets selon les cas et, finalement, assez hétérogènes. Coralie Immelé explique que, dans certains cas, elle n’y a même pas vu mentionnée l’activité résistante d’un cheminot qui était pourtant un résistant avéré ! La SNCF a pris la décision de conserver, sans les expurger, les dossiers d’agents partis à la retraite avant 1972 mais bien sûr, par le passé, des pièces ont pu être éliminées.

6Malgré tout, ces dossiers sont particulièrement intéressants pour l’historien. À partir d’une large liste de cheminots morts pour la France, les dossiers d’agents permettent d’identifier de manière sûre les résistants. Nous trouvons aussi dans les dossiers des informations relatives à l’activité résistante (passages clandestins, renseignements, sabotages...) et aux organisations de résistance auxquelles sont affiliés les cheminots (Libération-Sud, NAP-Fer, Gallia, FFI).

 

Archives syndicales

Avec les archives syndicales nous entrons dans le domaine des archives privées. Les deux centrales dominantes au sein du monde cheminot entre 1940 et 1944 étaient la CGT (Confédération générale des travailleurs) et la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens). Mais on a pu recenser 733 syndicats locaux en 1938 et encore 379 en décembre 1943.

 

Madeleine Peytavin évoquait, au colloque de juin 2000, la décision de l’Institut d’histoire sociale de la Fédération des cheminots de Montreuil de déposer en plusieurs étapes, et après classement, ses archives aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. En fait, le classement de l’ensemble des archives détenues par l’institut est encore en cours.

 

Les archives de la CFTC de la période de la Seconde Guerre sont détenues par le Service des archives confédérales de la CFDT créé en avril 1985.

 

Centre d’archives SNCF multirégional de Béziers, rue du Lieutenant-Pasquet, Cour Sernam, 34500 Béziers ; archives.beziers@sncf.fr ; 04 6749 6135.

Un wagon utilisé lors du dernier convoi des déportés, le 15 août 1944, a été rénové dans les ateliers de maintenance de la SNCF à Béziers où il a été dévoilé ce vendredi, a annoncé mardi la SNCF.

Cette rénovation complète "s'inscrit dans une démarche de mémoire autour de la Seconde guerre mondiale", a souligné la SNCF qui a pris en charge ce travail après s'être associé à une initiative portée par des anciens combattants de la résistance des communes de Saâcy et de Nanteuil (Seine et Marne)

Après la cérémonie organisée par la ville héraultaise et l'Office National des Anciens Combattants (ONAC), le wagon rénové dans les ateliers de maintenance du matériel ferroviaire sera acheminé jusqu'au mémorial de Seine-et-Marne, en gare de Nanteuil-Saâcy, a précisé la SNCF.

Cette action témoigne de l'engagement de la SNCF "depuis les années 1990 sur le devoir de mémoire, l'ouverture des archives et la transparence pour les historiens et les chercheurs, en faveur de l'information et de l'éducation", ajoute la compagnie ferroviaire.

"Ce projet de wagon-musée pour le convoi de la déportation nous tient à coeur", a affirmé le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dans un communiqué.

 

RETOUR HAUT DE PAGE

CSS Website templates by JustDreamweaver.com